INTERVENANTS

- Dr Philippe CUQ, Président de l’UCDF, coprésident du BLOC

- Dr François HONORAT, Président de l’AAL, coprésident du BLOC

- Dr Bertrand de ROCHAMBEAU, Président du SYNGOF, coprésident du BLOC

- Dr Gabriel SAIYDOUN, Président du CNJC- Jeunes Chirurgiens

 

OBJECTIFS

Retour d’expérience et propositions sur la situation sanitaire depuis le déclenchement du plan blanc le 13 mars 2020

-Impacts humains, organisationnels et économiques

-Reprise d’activité des blocs opératoires
 
SITUATION SANITAIRE
- –« PLAN BLANC ELARGI » sur tout le territoire à partir du 13 mars 2020 toutes les interventions programmées dans les hôpitaux et les cliniques ont été annulées
–- Décret du 16 mars 2020 : confinement avec déplacement pour raisons médicales autorisées
- –Urgences chirurgicales et perte de chance par délai : cancérologie
- –Évaluation des patients au 15eme jour du confinement
–- Réévaluation des patients, des indications opératoires et des thérapeutiques au 30eme jour pour toutes les spécialités médicales et chirurgicales
- –Problématique des affections longue durée, surveillance des cancers, pathologies évolutives cardiovasculaires, pathologies ostéo-articulaires, ophtalmologie…..
- –Retard diagnostique et thérapeutique entrainant morbidité et mortalité
 
ANESTHESISTES - REANIMATEURS
- MAR à la Une du TIME !
- 3200 MAR libéraux
- Augmentation des capacités en lit , coopération public/privé en particulier grand est et ile de France
- Mobilisation des MAR et des équipes soignantes sur tout le territoire
- Travail à haut risque non rémunéré dans le libéral et souvent oublié dans les remerciements des pouvoirs publics
- Pas de discrimination public/privé pour la prime COVID
- Reconnaissance officielle
- Participation active à la réforme du système sanitaire
- Stop à la bureaucratie et aux diktats administratifs des ARS
 
OBSTETRIQUE
- –En France: 133.000 accouchements pendant les 2 mois de confinement, 7jours/7, 24h/24.
- –Pas de moyens pour différencier les patientes asymptomatiques COVID +/-: toute accouchée doit être considérée comme COVID+.
- –Risque majeur de contamination du personnel soignant au début mal protégé : échographie et accouchements.
- –Isolement mal vécu mais nécessaire de la mère pour limiter le risque, filières spécifiques pour les patientes symptomatiques.
- –Risque maternel de SRAS au 3eme trimestre et Obésité.
- –Risque fœtal et néo-natal mal connu, pas immédiat.
- –Séjours courts et retours précoces à domicile avec suivi par SF.
 
JEUNES CHIRURGIENS
1- Implication massive des jeunes chirurgiens dans la crise sanitaire
2- Prime COVID sans discrimination pour tous ceux qui ont participé
3- le plan blanc élargi a bouleversé l’activité et la formation chirurgicale et nous devons préparer la reprise des activités chirurgicales
 
REPRISE ACTIVITE MEDICO-CHIRURGICALE

LES BESOINS DES PATIENTS DOIVENT GUIDER LA REPRISE DES ACTIVITÉS

Les Indications opératoires doivent être RÉÉVALUÉES, elles sont posées par le chirurgien et l’anesthésiste-réanimateur et NON par l’ARS ou le directeur l’établissement

- Tous les soins urgents
- Tous les soins non urgents mais qui ne peuvent pas attendre jusqu’au 11 mai sans perte de chance ou menace le pronostic fonctionnel
- Toutes les activités de diagnostic, dépistage et consultation permettant d’éviter tout retard (ALD, maladie chronique

 Il faut être vigilant:

- Capacités de réanimation-Moyens nécessaires si reprise épidémie
- Pas de liste de chirurgie / bénéfice/risque, situation évolutive
- Garantir la réversibilité rapide de toute programmation
- Organisation stricte des filières covid+ et covid- (moyens matériels et humains)
- Développement des tests virologiques
- Protection des soignants
- Attention aux malades les plus à risque (obésité, diabète, HTA…)  
 
SOUTIEN AUX ENTREPRISES

1 – Prime COVID à tous les soignants qui ont pris en charge en présentiel (et non en actes de télé consultation) des patients COVID durant toute la durée du plan blanc élargi

2 – Dédommagement par l’assurance maladie pour aider à la survie des entreprises libérales durant toute la durée du Plan blanc élargi et en rapport avec les économies faites par l’assurance maladie par rapport  à 2019

 

SOIGNANTS CONTAMINES

Situation méconnue et chiffres instables

Pétition DGS

Chiffres CARMF : 4000 médecins libéraux contaminés et en arrêt maladie donnant lieu aux indemnités journalières, beaucoup ont été contaminés pauci symptomatiques ou porteurs sains ( x 10 ???)

16 morts officiels, 9 étaient en cumul emploi/retraite et 7 en activité

Maladie professionnelle ? Indemnités et fond ayant-droits

Et tous les soignants libéraux et soignants dans les établissements publics et privés, médico-sociaux et EPHAD 

Chiffres étrangers  : 1604 16,2% des cas sont des « critical key workers » NHS

25/03 Espagne 6500 soignants (13,6%) Italie : 150 médecins morts.

Chine 3300 (?) soignants (4%) 10 morts

Il faudra faire des comptes précis

 

 

 

 
 
 
 
 
 

COVID-19 : pour les équipes du bloc opératoire, l’urgence n° 1 reste la carence en matériel de protection et le confinement total de la population.

Depuis plusieurs semaines, les personnels du bloc opératoire, l’ensemble du corps médical et paramédical sont pleinement mobilisés aux côtés des patients et des pouvoirs publics pour faire face à la pandémie COVID-19.

Cette guerre épidémiologique unique est responsable d’une crise sanitaire internationale sans précédent.

Depuis de nombreuses années, les professionnels de santé tirent la sonnette d’alarme et alertent sur la dégradation de leurs conditions de travail. Cette situation alarmante est exacerbée par la crise sanitaire actuelle. Pour y faire face, les valeurs d’entraide et de solidarité sont plus que jamais essentielles. Pour cela toutes les interventions non urgentes ont été déprogrammées ainsi que celles pouvant être repoussées sans risque pour le patient afin de libérer des lits, et déployer le personnel dans des secteurs déficitaires, et ainsi prévenir le risque de contamination des patients.

Il y a une grave pénurie de masques chirurgicaux et FFP2 au sein des blocs opératoires, ces masques sont réservés dans certains établissements à l’usage de la prise en charge anesthésique.

Le reste des soignants avec certaines équipes d’anesthésie n’ont pas d’autre choix que d’utiliser les masques chirurgicaux. Or nous le savons tous, au regard de nos protocoles très exigeants en matière de chirurgie, par ailleurs validés par l’ARS, ces masques ne protègent pas d‘une contagion par gouttelettes, ce qui favorise l’autocontamination du personnel soignant (cf. SF2H). 

L’ensemble du personnel du bloc opératoire dénonce cette dégradation des conditions d’utilisation des matériels en fonction des stocks disponibles, et non en fonction des besoins de protection des personnels et des règles de santé publique. L’ensemble du personnel étudiant a mis sa formation et son diplôme en suspens pour faire face à la crise.

Le matériel de dépistage (écouvillon, machine de test) n’est pas disponible pour tester tous les cas et les personnels afin de pouvoir mener des stratégies efficientes de prise en charge. Cette situation est intolérable.

Le personnel des blocs opératoires accepte de faire des sacrifices et de risquer sa vie. Ce personnel est redéployé en fonction des besoins des services, tant dans les établissements publics que dans les établissements privés pour assurer la continuité des soins.

Notre pays compte sur nous pour affronter cette pandémie, mais il est inadmissible de nous faire prendre des risques inconsidérés car sous nos blouses, nous restons aussi des humains et aussi vulnérables que tous. Malgré cela, nous menons ce combat dans l’abnégation au service de nos concitoyennes et concitoyens pour les soigner et les protéger. 

Nous arriverons collectivement à surmonter le fléau.

Seuls on va plus vite, ensemble on va plus loin. Pour cela nous demandons à toute la population de respecter un confinement total.  Aidez-nous à vous aider : restez chez vous.

Que les pouvoirs publics et l’ensemble des acteurs du tissu productif national s’unissent pour fournir les 15 millions de masques FFP2 dont nous avons besoin chaque jour afin de prévenir l’hécatombe de la communauté soignante qui se profile si cette pénurie se perpétue. 

 

Dr Gabriel SAIYDOUN, Président du CNJC -Jeunes Chirurgiens               

Dr Philippe CUQ, Président de l’UCDF, coprésident du BLOC            

Dr Bertrand de ROCHAMBEAU, Président du SYNGOF, coprésident du BLOC

Dr François HONORAT, Président de l’AAL, coprésident du BLOC                    

Dr Franck VERDONK, Président du SNJAR

Rachid DIGOY, Président du Collectif Inter-Blocs   

Olivier WACRENIER, Président du SNIBO      

Clément TURPIN, Président de l’ALEIBO   

Christophe PAYSANT, Président du SNIA

Emmanuel BARBE, Vice-Président du SNIA    

Magali DELHOSTE, Présidente de l’UNAIBODE       

 

Contact presse :

Christine MORGES : 06 08 25 67 76     Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.            Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.                   

 

UCDF - PREMIER SYNDICAT CHIRURGICAL FRANÇAIS
MEMBRE FONDATEUR DU SYNDICAT REPRÉSENTATIF LE BLOC UNION AAL-SYNGOF-UCDF

UCDF - Union des Chirurgiens De France

9 rue Ernest Cresson - 75014 PARIS
Tel: 01 45 42 40 40