L'impact de la grève dans la vraie vie

7 janvier 2015 14h :  Dans un article très fouillé que l'on trouvera juste en dessous, le quotidien du médecin relaye les informations que nous donnions dans la nuit.

Ces infos se retrouvent maintenant placées sous l'article du quotidien.

_________________________________________________________________

 

Le quotidien du médecin 7 janvier 2015

Grève des libéraux : fort impact aux urgences dans de nombreuses villes

Environ 250 urgentistes libéraux sur un total de 400 sont en grève, selon le Syndicat national des urgentistes de l'hospitalisation privée. Combiné à la grève de SOS Médecins et aux épidémies hivernales, le mouvement génère un afflux massif dans les services d'urgences de nombreux hôpitaux publics.

En Ile-de-France, la saturation est observée en divers endroits. Versailles est l'un des points noirs, avec une régulation du SAMU débordée, et des urgences prises d'assaut. Les urgences de l'hôpital accueillent ainsi 106 patients ce mercredi matin, pour une capacité d'accueil de 51 places.

À 10 km de là, à Trappes, les urgentistes de l'hôpital privé Ouest Parisien sont grévistes. L'ARS d'Ile-de-France a écrit au directeur de la clinique pour lui demander d'accueillir « dans les plus brefs délais » les patients habituellement pris en charge. Et ce afin d'« assurer la non-perte de chance pour les patients ». De son côté, la directrice du centre hospitalier de Versailles a demandé à ses équipes de « libérer le maximum de lits ». Dans un courrier interne daté du 5 janvier, Véronique Desjardins n'excluait pas la mise en place du plan hôpital en tension « si le mouvement devait perdurer ».

317 % de taux d'occupation à Poissy ce mercredi matin

D’autres points noirs sont recensés en Ile-de-France. En grande couronne, ce mercredi à 11 heures, le taux* d’occupation du service d’urgences est de 192 % au CH de Meaux, 197 % au CH de Pontoise, 317 % à Poissy (box saturés et 25 patients en attente), 200 % à Étampes (box et lits portes totalement saturés), 317 % à Arpajon (54 patients présents pour 17 places)... En petite couronne et à Paris, les capacités d’accueil aux urgences sont également dépassées dans plusieurs hôpitaux de l’AP-HP : Henri Mondor (170 %), Ambroise-Paré (131 %), Avicenne (133 %), Trousseau (140 %), Bichat (159 %), Tenon (189 %), Lariboisière (160 %)...

À Brest, les urgentistes libéraux tancés par l’ARS et le SAMU

De vives tensions sont également signalées dans certaines villes de province. À Brest, les urgences de la clinique Keraudren (32 000 passages par an) tournent au ralenti depuis lundi. Les urgentistes réquisitionnés ont voulu se concentrer sur les urgences vitales et refuser la bobologie. Une posture qui a tourné au bras de fer avec le centre 15 et le CHU, débordés. Les téléphones ont chauffé lundi et mardi, l’ARS s’en est mêlée, et les urgentistes libéraux se sont résolus à ne pas suivre à la lettre la consigne syndicale.

« On a été obligé de recevoir des angines, des cas relevant de la médecine générale, expose le Dr Lys Thomas, urgentiste. Cela a été dur de gérer tous les coups de fil de l’hôpital. Moi, par exemple, je n’ai pas été réquisitionnée, mais j’ai passé lundi et mardi à la clinique, pour aider les collègues. Les chirurgiens sont en grève et le bloc est fermé, ce qui complique la situation : comment opérer une appendicite sans chirurgien viscéral ? On espérait attirer l’attention des habitants sur nos revendications mais on n’a pas eu une ligne dans la presse locale. Cette grève, c’est surtout nous qu’elle a dérangés. »

Le CHU grenoblois en mode « hôpital en tension »

Certaines villes, comme Angers et Montpellier, connaissent une situation à peu près ordinaire : l’arrêt de l’appel à la cessation d’activité par la FHP a semé le trouble, et le préavis de grève des urgentistes libéraux n’est pas parti à temps.

Mais à Grenoble, le CHU croule sous un afflux inhabituel de patients. Sa directrice générale a demandé aux équipes de restreindre l’activité programmée « au strict nécessaire » pendant deux semaines. Le DG du CHU de Bordeaux a écrit à l’ensemble des services pour qu’ils fluidifient l’aval au maximum. « Il nous appartient de démontrer notre solidarité en de telles circonstances, et la capacité du service public hospitalier à répondre aux besoins de la santé de la population », souligne Philippe Vigouroux.

Une remarque qui laisse à penser que l’hospitalisation publique saura rappeler cet épisode de forte tension, durant lequel elle répond présente, pour défendre ses intérêts lors du débat parlementaire à venir sur la loi de santé et la redéfinition du service public hospitalier. Les urgentistes libéraux, eux, poursuivent leur mouvement de grève au moins jusqu’à vendredi, jour d’une rencontre entre les syndicats libéraux et Marisol Touraine.

Delphine Chardon

* Données collectées par le réseau Cyber Urgences, un portail d’informations sur l’activité des urgences franciliennes hébergé par l’AP-HP.

 

___________________________________________________________________________

UCDF 7 janvier 2015 / 02 heure : L'impact de la grève des médecins et chirurgiens libéraux dans la vraie vie est très différent du message ministériel délivré par  Marisol Touraine.

___________________________________________________________

PARIS

Voici, extrait du logiciel cyberurgence, le palmarès de surbooking des urgences des hôpitaux de la région parisienne. Les chiffres ont été relevés à 1 heure du matin le 7 janvier, en nuit profonde, ce qui ne correspond pas à une période théorique de forte affluence. Dans la journée, nous verrons comment ça se passe.

2015 01 07 mousseau 2015 01 07 tenon 2015 01 07 bicetre
2015 01 07 beclere 2015 01 07 mondor 2015 01 07 versailles
 2015 01 07 klebert  2015 01 07 arpajon  

2015 01 07 poissy

 

Ce sont les hôpitaux de grande banlieue (1), là où le libéral assure une bonne partie des urgences, que l'effet de la grève se fait le plus sentir alors que Paris intra-muros est relativement préservé.

 __________________________________________________________________________________

VERSAILLES : Supplique pour ne pas être enterré par la grève du sept

 courrier de l'ARS à l'hospitalisation privée

2015 01 06 ars ile france

 

Versailles toujours, de la directice de l'hôpital aux médecins...

______________________________________

2015 01 05 versaille

 

 __________________________________________________________________________________

GRENOBLE

De la directice du CHU de Grenoble et du président de la CME, ce courriel adressé aux praticiens hospitaliers pour leur demander de limiter l'activité programmée dans les deux semaines à venir pour pouvoir se concentrer à l'augmentation du travail en urgence :

 Chers collègues,

Ce début d'année 2015 est marqué par la conjonction de deux éléments :

· Plusieurs épidémies concomitantes : gastroentérites, virus respiratoires et arrivée de la grippe

· L'arrivé du froid et son impact toujours important sur la santé de nos ainés

Par ailleurs l'activité programmée de début janvier est régulièrement l'une des plus importantes de l'année.

Cette année les cliniques privées se sont mis en grève ce qui limite les possibilités de solliciter de l'aide auprès des deux gros autres établissements du bassin.

C'est pourquoi nous faisons face à une tension importante et des difficultés à accueillir tous les patients aussi bien en réanimation que sur les services de soin.

Nous vous demandons donc, à tous les services de médecine hors cancérologie et pathologies chroniques, de limiter l'activité programmée au strict nécessaire pour les 2 prochaines semaines dans le cadre de l'hôpital en tension. Nous vous demandons aussi de porter une vigilance accrue aux sorties :

· Signaler les sorties difficiles à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

· Lisser vos sorties sur toute la semaine et donc, réaliser des sorties aussi le dimanche.

Nous savons que de nombreux patients nécessitent des soins difficiles et lourds. Le pool fait son maximum pour vous venir en aide.

Bien cordialement,

Jacqueline HUBERT, Directeur Général

Jean-Pierre ZARSKI, Président de la CME

 ____________________________________

Mail d'un médecin de montagne, du 6 janvier à 12h24

Je suis au secours en montagne aujourd'hui et pose les patients à Nord... je peux vous dire que c'est un beau bordel!!! Aucune clinique ne prend de patients!! Tout va au CHU et ça explose!!

Fr. G.

 __________________________________________________________________________________

VILLEFRANCHE SUR SAONE

Courriel du directeur de l'hôpital auix praticiens pour faire sortir les patients hospitalisés au plus vite

2015 01 06 villefranche

 __________________________________________________________________________________

BORDEAUX

2014 12 29 bordeaux courriel

 

(1) Le cas de Provins est énigmatique, avec un nombre de patients égal à 25 fois la capacité théorique. Après vérification sur google news, cela semble correspondre à une erreur informatique plutôt qu'à une catastrophe ferroviaire.

2015 01 07 provins

D'ailleurs la date de l'ordinateur de Provins est bloquée au 17 décembre.

Comme la ministre.

Cet ordinateur a sans doute besoin d'un redémarrage système.

Comme la ministre.

XGB

 

UCDF - PREMIER SYNDICAT CHIRURGICAL FRANÇAIS
MEMBRE FONDATEUR DU SYNDICAT REPRÉSENTATIF LE BLOC UNION AAL-SYNGOF-UCDF

UCDF - Union des Chirurgiens De France

9 rue Ernest Cresson - 75014 PARIS
Tel: 01 45 42 40 40