Ces médecins qui laissent mourir les patients

 Modifié le 2 juillet 17h

L'UCDF invite tous les médecins choqués par les propos de Madame LEMORTON à l'émission de RMC le 19 juin à porter plainte contre elle à l'ordre régional des pharmaciens de Midi-Pyrénées.

Les praticiens désirant s'associer à cette plainte trouveront derrière le lien suivant un modèle de lettre à adresser signée, tamponnée, éventuellement personnalisée,  à l'ordre des Pharmaciens de Midi Pyrénées ainsi qu'une copie à l'attention de :

Madame la Présidente de l'Ordre national des pharmaciens

4 avenue Ruysdaël

75379 PARIS CEDEX 08

 

 

______________________________________________________________

30 juin 2014 11h : Catherine LEMORTON a encore frappé.

 

Après les médecins libéraux suspectés de laisser mourir les patients impécunieux (cf infra, à écouter ici) ( Mais quand même les médecins soignent les gens, ils n'ont jamais laissé mourir personne ! "réponse de Catherine LEMORTON: "Dans les l'hôpitaux publics , oui. Je n'en dirai pas plus..." ) voici les médecins libéraux accusés de ne pas vouloir soigner les prisonniers... alors que la loi le leur interdit !

 

A voir ici.Il s'agit d'extraits d'enregistrements vidéos à l'assemblée nationale.

2014 06 12 lemorton  prisonnier fixe

Bien sûr Catherine LEMORTON se défend, dans le quotidien du médecin, sur FR3 : elle a été piégée, ses propos ont été maladroitement interprétés... interprétés ? il n'y a aucune interprétation il s'agit d'enregistrements, pas de propos rapportés.

 

Un fait est clair : à l'assemblée nationale on écrit la loi, mais la présidente de la commission des affaires sociales ignore la loi. C'est un peu génant. Rappel explicatif de l'historique des textes par le Dr Marcel GARRIGOU-GRANDCHAMP qui ferait un excellent conseiller juridique en matière médicale pour cancre parlementaire.

 

_________________________________________________

 

19 juin RMC. L'émission quotidienne d'Éric Brunet « carrément Brunet » a pour thème ce jour-là la généralisation du tiers payant. Parmi les interlocuteurs qui interviennent par téléphone, Catherine LEMORTON ,députée socialiste de Haute-Garonne.

L'occasion pour celle qui est aussi présidente de la commission des affaires sociales à l'Assemblée d'exprimer toute sa sympathie pour les médecins, à condition qu'ils soient salariés, et a contrario sa défiance vis-à-vis de la médecine libérale.

  • Question d'Éric BRUNET : " mais quand même les médecins soignent les gens, ils n'ont jamais laissé mourir personne ! "
  • Réponse de Catherine LEMORTON : " Dans les l'hôpitaux publics , oui.  Je n'en dirai pas plus..."

Ceux qui ne sont pas à l'hôpital public, chers confrères, nous les médecins libéraux, sont ainsi suspectés de laisser mourir les patients impécunieux. Car chacun le sait, et en particulier la présidente de la commission des affaires sociales de l'Assemblée nationale, les médecins salariés soignent les patients pour les guérir quand les libéraux ne le font que pour s'enrichir.

Lorsqu'on fréquente un peu les cabinets ministériels et les diverses commissions aussi nombreuses que dispendieuses qui en sont issues, on peut constater que même s'il ne s'exprime pas aussi crûment cet état d'esprit est assez répandu. Chez les mêmes qui s'étonnent de ne pas parvenir à faire reverdir les déserts médicaux, alors qu'is s'appliquent à les traiter tous les jours au désherbant.

On trouvera derrière ce lien le podcast de l'émission complète, où l'on pourra entendre s'exprimer longuement Didier LEGEAIS,  vice-président de l'UCDF.

Et dans le lien ci-dessous une vidéo-réponse de l'union des chirurgiens de France à l'ineffable Madame LEMORTON, à partir de quelques extraits de son interview.

Xavier GOUYOU BEAUCHAMPS
 

Catherine LEMORTON et la médecine libérale par ucdf

 lemorton urgences

Dossier LEMORTON, la suite...

 

L'union des chirurgiens de France a alerté par mail les sénateurs et députés de France des propos tenus par Catherine LEMORTON.

Il y a rarement des réactions de la part des élus informés par mail, cela n'a rien d'étonnant : ils sont quand même sollicités pour toutes sortes de problèmes et le volume de mail est considérable.

Cela donne d'autant plus d'intérêt aux deux réactions reçues :

  • Celle d'un député : "veuillez retirer l'adresse  cfrancheville@assemblée-nationale.fr de votre liste". C'est fait. Christian franqueville est député socialiste des Vosges.
  • Et celle d'un sénateur : "bravo à vous". Alain Million est sénateur UMP du Vaucluse, et également vice-président de la commission des affaires sociales du Sénat, le pendant de la commission de l'Assemblée nationale dont Madame LEMORTON est présidente.

L'union des chirurgiens de France n'a pas eu connaissance de réaction officielle de la part de Catherine LEMORTON... mais il y a eu une réaction quand même ! Un anesthésiste libéral outré lui avait envoyé le mail suivant dont il nous a fait part :

"J'ai écouté avec consternation vos propos sur les médecins libéraux dans l'émission de M. Brunet sur RMC.Votre vision dogmatique de la médecine libérale est vraiment pathétique. J'ai vraiment pitié de vous si vous vous imaginez que les médecins libéraux sont tels que vous les décrivez. La politique n'excuse pas tout avec les médias, la bêtise humaine n'est pas bien loin."

Il a reçu cette réponse de Catherine LEMORTON :

" Après avoir pris connaissance de votre mail , je suis consternée par la lecture qui est faite de cette pseudo-émission(...) (d'Eric BRUNET.)
Il ne vous a pas échappé que le Gouvernement Fillon avait envisagé des testings pour cibler CERTAINS  praticiens qui refusaient certaines catégories de patients ( CMU-C , AME par exemple ). 
Il est une vérité contre laquelle vous ne pouvez rien : l'hôpital accueille tous les publics le jour comme la nuit .
Evidemment il ne s'agit pas de stigmatiser la médecine libérale . Je travaille avec beaucoup de medecins liberaux , notamment dans le cadre d'un réseau ville hopital toxicomanie .
Ce sont des praticiens engagés qui font déjà du tiers-payant à grande échelle . 
Nous sommes à un tournant de notre système de soins . Force est de constater qu'il y a une grogne qui monte des autres professionnels de santé contre le médicalo-centrisme . 
Une réforme est à mener au-delà des corporatismes . Les réactions démesurées montrent combien la tâche est lourde "

Très étonnante réaction ! 

  • Le gouvernement Fillon avait envisagé des testing sur les médecins libéraux ? Vous voyez bien c'est donc la preuve qu'ils sont coupables en conclu Madame LEMORTON qui aurait sans doute volontiers renvoyé DREYFUS au bagne. Au cas où.
  • En nuit profonde, c'est vrai, les médecins libéraux dorment presque tous alors que l'hôpital reste ouvert. Mais au matin le médecin libéral va regagner son cabinet alors que les gens qui ont travaillé la nuit à l'hôpital ne seront pas les mêmes qui vont y travailler le jour. C'est assez normal et pour ainsi dire physiologique. Il existe d'ailleurs des lois sociales en France qui s'y opposent. Pour les salariés bien sûr. Madame LEMORTON est une indignée : ces lois ne s'appliquent pas  aux libéraux qui doivent rester taillables et corvéables à merci !
  • Madame LEMORTON persiste à souligner que l'hôpital accueille tous les publics pour mieux marquer qu'à ses yeux les médecins libéraux ne le font pas. Elle persiste et signe.
  • Finalement les seuls médecins libéraux qui trouvent grâce à ses yeux sont ceux qui s'occupent de toxicomanes, à condition qu'il le fassent en tiers payant. Le tiers payant semble donc bien une condition sine qua non pour qu'il soit pardonné aux médecins libéraux de gagner leur vie en soignant leurs semblables.
  • Madame LEMORTON juge la réaction de la profession démesurée. Il n'est pas sûr que son mail parvienne à la calmer !

Madame LEMORTON a été pharmacienne. Elle a vendu des médicaments en tiers-payant. Et aussi tout un tas de produits de parapapharmacie en patient-payant. Notamment de l'alcool médical. Elle doit donc savoir que sur une plaie à vif, verser de l'alcool n'est pas indiqué. Elle vient pourtant de le faire.

L'union des chirurgiens de France demande la démission de Madame LEMORTON de la présidence de la commission des affaires sociales de l'Assemblée nationale.

Au sein du parti socialiste on devrait trouver sans difficulté un ou une élu(e) moins sectaire.

Xavier GOUYOU BEAUCHAMPS

_____________________________________________

Deux belles réactions de l'UFML :

 

 

UCDF - PREMIER SYNDICAT CHIRURGICAL FRANÇAIS
MEMBRE FONDATEUR DU SYNDICAT REPRÉSENTATIF LE BLOC UNION AAL-SYNGOF-UCDF

UCDF - Union des Chirurgiens De France

9 rue Ernest Cresson - 75014 PARIS
Tel: 01 45 42 40 40